Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2012

Retour sur De bouche à bouches

* Un article sympa sur le site de Fondantochocolat

http://leslivresdefondantochocolat.hautetfort.com/archive/2012/03/15/pelletier.html

Chantal Pelletier, "De bouche à bouches"

swap chocolat et cinémaL'écrivain Chantal Pelletier (lien vers son site perso) aime ce qui se mange, se mâche et met divinement les mets en mots ! C'est le moins que l'on puisse dire...

Merci à Soukee qui m'a permis de découvrir ce roman moderne, à la couverture très graphique et qui raconte une histoire de saveurs perdues : une jeune photographe, asphyxiée par un père écrasant, perd le goût à la suite d'un accident de moto. "Bouleversée, elle abandonne ce qui faisait jusqu'alors sa vie et se sauve au bout du monde. Arpentant les étals des marchés, elle palpe, inspecte, renifle les délices qui s'offrent à elle et finit par s'initier à la cuisine et surtout au bonheur de nourrir. En emplissant le ventre des autres de plats qu'elle invente et mitonne sans relâche, elle apprend à donner et à recevoir, à désirer et à aimer", nous annonce la quatrième de couverture.

D'abord déroutée par le style, brutal et parfois très cru, je me suis ensuite plongée avec délice dans cette recherche des goûts oubliés, qui passe nécessairement par les parfums et les textures. Une explosion des sens, de longues pages alléchantes servies sur un plateau, mais aussi une quête de soi : de la France à la Chine, d'un homme à un autre, d'un enfant à un autre aussi, il va s'agir pour la narratrice de se recomposer et de comprendre que, malgré une "bouche morte" comme elle dit, il lui reste encore beaucoup de choses à vivre.

133 grandes et belles pages pour une très bonne surprise douce-amère. :-)
Et, au-delà des passages culinaires, c'est le passage lui-même qui m'a plu : transmission, échange de victuailles et de plats, cette idée de laisser son empreinte sur l'autre, de participer à sa vie grâce à la nourriture. Idée dont le concentré tient en ces lignes : "le petit paquet de chair... Tout ce foutu bonheur lui était donné en vrac, à ce rôti, le goût, la parole, la caresse, le parfum de maman" (ces paragraphes consacrés à l'Indienne Purnima s'occupant de son bébé m'ont vraiment touchée).

Extraits fondants (la sélection fut délicate ^^) :
   * Je partais à l'aveuglette dans l'exploration des textures, passais un temps fou à piler les épices, à faire éclater les graines de moutarde dans l'huile chaude, à blanchir des morceaux de courge avant de les mettre au sel, à écraser des pois chiches avec des graines d'oignons et du beurre clarifié. J'inventais des ragoûts poivrés de mangues vertes, grillais des châtaignes et des galettes fines qui gardaient la trace de mes doigts.
   * Le lendemain, j'attendais Pol, j'avais étalé une nappe jaune sur le parquet du salon, un dessous-de-plat, deux bols, disposé deux coussins par terre et quelques bougies, cuit à la vapeur les jiaozi[raviolis chinois] réservés au congélateur. Je faisais réchauffer les farcis nappés de coulis de tomate. Farcis d'ici et farcis de là-bas.
   * ... les pêches mûres, le caramel au beurre salé, la pâte d'amandes, les saveurs patinées des terrines paysannes, la fraîcheur de bonbon des feuilles de menthe...

Commentaires

Merci pour votre clin d'oeil ! Et merci pour ce beau livre...

Écrit par : FondantOchocolat | 07/06/2012

Les commentaires sont fermés.