Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2013

CINQ FEMMES CHINOISES

2013, année balèze comme dit une copine, commence par la publication de cet article de Véronique Rossignol dans LIVRES- HEBDO annonçant la sortie, le 7 février 2013, de mon prochain roman chez Joelle Losfeld: CINQ FEMMES CHINOISES.

Femmes de Chine

Chantal Pelletier

Suivant les destins croisés de cinq héroïnes, Chantal Pelletier dessine le portrait d'une Chine contemporaine, féminine et avide.

pelletier chinoises.jpg

Chantal Pelletier est une arpenteuse du monde. Ses romans sont nourris de ses voyages, et Cinq femmes chinoises ne fait pas exception à la règle. De la vaste Chine plusieurs fois visitée, la nomade a rapporté les histoires de Xiu, Daxia, Fang, Mei et Baoying, cinq héroïnes de générations différentes, toutes nées dans la deuxième moitié du siècle dernier, et aux trajectoires liées.

Elles sont mères et filles, amies d'enfance, amantes..., portées par une ambition animée d'un sauvage esprit de revanche sur la misère et sur la mort, qui ont d'une façon ou d'une autre marque leur enfance. Dans un tempo soutenu, Chantal Pelletier rembobine ces vies violentes et fait tourner à toute vitesse la roue de la fortune et de l'infortune. Xiu, petite gymnaste de la province du Jiangsu, devient gérante de salons de massage à Hongkong. Sa fille, Daxia, qu'elle a abandonnée enfant pour échapper à un mari cogneur, réalise ses rêves d'architecture et devient l'employée de Fang, née à Canton en 1960, veuve précoce et héritière qui se hisse à la gérance d'un énorme groupe immobilier... Quant à Baoying, la belle-soeur pékinoise de Fang, la cuisinière - il en faut toujours une dans les romans de la passionnée de gastronomie qu'est l'auteure de De bouche à bouches (Joëlle Losfeld, 2011) ! -, elle sera la seule de ces cinq assoiffées de futur à réussir «à embrasser le présent».

Ces parcours d'ascension sociale, jalonnés de tremplins, de réseaux, de solidarité familiale stratégiques, d'associations lucratives, sont aussi jonchés de fuites sans retour, de deuils et de sacrifices. L'amour même, ficelé à la fois par les interdits et le désir de réussite, est plus affairiste que sentimental. Dans ces portraits en forme de fresques accélérées se reflète une Chine contemporaine dure, avide, pressée, à l'image des quartiers entiers qui ont poussé à Pékin, à Hongkong et à Shanghai où Daxia et Mei, nées au début des années 1980, ont vu les pauvres cabanes de leur enfance, sur l'une des rives du fleuve Huangpu, remplacées par des tours de béton et de verre. V. R.

Les commentaires sont fermés.