Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2015

TELE MATIN ENCENSE ET ELLES CROYAIENT EN JEAN-LUC GODARD

Formidable séquence dans le Télé-Matin du vendredi 27 février: Olivia de Lamberterie a aimé le live et en parle avec un grand enthousiasme.

GRISANT!!

http://www.france2.fr/emissions/telematin/culture/cinema_306303

 

 

 

25/02/2015

ET ELLES CROYAIENT EN JEAN-LUC GODARD - Libération, Le progrès...

Le progrès, Libération, Radio-Bleu Drôme-Ardèche (radio non retranscrite) voir les différents échos médiatiques à ET ELLES CROYAIENT... dans la colonne de gauche ci-contre...

COUVERTURE.jpeg

12/02/2015

ET ELLES CROYAIENT EN JEAN-LUC GODARD- LE MONDE DES LIVRES

.... INTIME ET GÉNÉRATIONNEL, ET ELLES CROYAIENT EN JEAN-LUC GODARD EST UN BEAU ROMAN DE L’AMITIÉ ET DE LA SOLITUDE, DU DEUIL ET DE LA JOIE.

encadré monde des livres.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SUR TOUTE UNE PAGE, dans la rubrique thématique du MONDE DES LIVRES du 12 février 2015, un excellent papier sur Et elles croyaient...

TROIS ROMANS RÉINVENTENT LES ANNÉES 1960. TROIS ROMANS D’ÉMANCIPATION, QUI ABORDENT LA PÉRIODE AVEC FRAICHEUR ET LÉGÈRETÉ

(….) D'une manière frappante, Jean-Luc Godard est le héros de deux de ces livres. Ceux d'Anne Wizemski, qui fut sa femme et son égérie, et de Chantal Pelletier, qui présente le cinéaste comme un dieu, le seul possible, dès son titre. Le fait est qu’aucun artiste ne saurait prétendre être à ce point emblématique des années 1960, de la montée de la (nouvelle) vague qui a fini de s’abattre sur la France sous la forme du mouvement de Mai, des questionnements politiques et esthétiques qui hantèrent celui-ci.

C’est lui qui, grâce à son A bout de souffle, vu dans un ciné-club de quartier en 1964, donne à Anne, l’héroïne, l’idée que la vie peut être plus grande, plus inventive et libre que celle de ses parents, qui « ne connaissent que les mots de la faim ». Lui qui l’éveille au cinéma et au monde, à l’amour, à la politique-et dont les citations jalonnent ce poignant roman fragmentaire. Lui dont les films « (fourrent) sous la peau » d’Anne cette « allégresse », dont 1968 constituera l’acmé. Du reste, Et elles croyaient en Jean-Luc Godard est constitué de deux parties de longueur égale : la première court de 1964 à 1968 ; la seconde de 1969 à 2014-cette ère où il a fallu se résoudre à imaginer que « demain ne sera pas toujours meilleur qu’hier ». Mai 68 est profondément, pour Anne et ses amis, un événement godardien, dont les premiers moments sont ainsi décrits : « Manifs et barricades, c’est le printemps de notre prophète… le monde de JLG est partout. Pour cette raison, Anne et les siens se sentent « chez eux » dans le joli mois de mai, et mettent en pratique ses principes plutôt que d’arpenter consciencieusement les cortèges…

COUVERTURE.jpeg